Caractéristiques Cliniques et Biologiques de l’Hyperthyroïdie à N’Djamena

Mbainguinam Dionadji, O Abbas, M Mbero

Abstract


RÉSUMÉ
INTRODUCTION. L’hyperthyroïdie est une des pathologies thyroïdiennes la plus fréquente. Ses manifestations cliniques et biologiques sont fonction de leurs étiologies et parfois du stade de découverte. Ainsi connaitre ses caractéristiques est un atout pour une prise en charge rapide, dans un contexte où le plateau technique est pauvre.
MÉTHODES. Il s’agit d’une étude rétrospective couvrant une période de 03 ans (Novembre 2010 – Novembre 2013). Tous les dossiers des patients avec pathologie thyroïdienne, vus en ambulatoire ou en hospitalisation dans le service d’Endocrino-diabétologie ont été identifiés. Puis nous avons sélectionné ceux avec un diagnostic d’hyperthyroïdie et leurs données cliniques et paracliniques ont été analysées.
RÉSULTATS. Sur 236 dossiers évalués, 125 (soit 53%) étaient des patients hyperthyroïdiens dont 100 (soit 80%) femmes et 25 (soit 20%) hommes. L’âge moyen était de 35,7 ans, 34,8 ans chez les femmes et 39,7ans chez les hommes.
Les signes cliniques les plus fréquents étaient : goitre (97,6%), tachycardie (91,2%), amaigrissement (80,8%), tremblement des extrémités (71,2%), myasthénie (64%), exophtalmie (38,4%) et hypersudation (31,2%). Sur le plan hormonal, l’hyperthyroïdie à triiodothyronine et tétraïodothyronine combinée était prédominante (84% des cas), suivie de celle avec tétraïodothyronine (13,6%).
Les principales étiologies étaient les suivantes: maladie de Basedow (38,4%), goitre multinodulaire (31,2%), nodule toxique (18,4%) et thyroïdites (9,6%).
CONCLUSION. Les signes cliniques classiques sont évidents chez nous à cause du retard de consultation et des difficultés de diagnostic précoce lié aux manques des moyens d’investigation. La maladie de Basedow est la première étiologie du goitre multinodulaire et du nodule toxique. Enfin le dosage de la tétraïodothyronine libre est suffisant pour poser le diagnostic d’hyperthyroïdie dans notre contexte de moyens limités.

SUMMARY
INTRODUCTION. Hyperthyroidism is one of the most common thyroid diseases. The clinical and biological manifestations depend on etiologies and the stage of discovery. The objective of the study was to describe the clinical and biological profile of hyperthyroidism in a developing country.
METHODS. This was retrospective study covering a period of 03 years (November 2010 - November 2013). All records of patients with thyroid diseases seen as outpatient or inpatient in the Endocrinology-Diabetology Service were analyzed. Those with hyperthyroidism were selected and clinical and biological data analyzed.

RESULTS. Among 236 cases evaluated, 125 (53 %) were hyperthyroid patients of which 100 (80%) women and 25 (20%) men, a sex ratio of 0.2. The average age was 35.7 years. It was 34.8 and 39.7 years respectively in the female and male.
The most common clinical signs were: goiter (97.6%), tachycardia (91.2%), weight loss (80.8%), tremor of the extremities (71.2%), myasthenia (64%), proptosis (38.4%), and sweating (31.2%). combined elevation of triiodothyronine and tetraiodothyronine was predominant (84% of cases), followed by isolated elevation of tetraiodothyronine (13.6%).
The main causes of hyperthyroidism were: Graves (38.4%), multinodular goiter (31.2%), toxic thyroid nodule (18.4%) and thyroiditis (9.6%).

CONCLUSION. The classic clinical presentation is evident because of the consultation delay and late diagnosis related to the lack of modern tools. Graves' disease is the most common etiology followed by multinodular goiter and toxic thyroid nodule. Dosage of free tetraiodothyronine is sufficient to make the diagnosis of hyperthyroidism in our context of limited resources.


Full Text:

PDF (Français)

References


. Mbandinga H, Nkoua JL, Kibeke P, Bikakdou G. Hyperthyroïdies : aspects étiologiques et cliniques sur 72 cas au CHU de Brazzaville. Med, Afri Noire 1997; 44 : 342-4.

. Wemeau JL. Hyperthyroïdie : Etiologie, physiopathologie, diagnostic, évolution, traitement. Rev Prat 1998; 48: 1377-85.

. Monabeka HG, Ondzotta G, Peko JF, Kibeke P, Bouenizabila E ,Nsakala-kibangou N. La pathologie thyroïdienne au centre universitaire de Brazzaville. Cahier santé. 15 (1) 2005 37-40.

.Nouedoui C & al. Les hyperthyroïdies à Yaoundé – Cameroun. Quelques aspects épidémiologiques, étiologiques et thérapeutiques. Méd Afr Noire : 1999, 46 (4).

. Monabeka HG, Bouenizabila E, Ondzotto G. Prise en charge des hyperthyroïdies au CHU de Brazzaville, Congo. Bull Soc Pathol Exot, 2005, 98, 2, 91-93

. Sani R, Adehossi E, ADA A, Kadre S R, Bako H, Bazira L. Evaluation du traitement chirurgical des hyperthyroïdies : Etude prospective sur 37 cas opérés à l’hôpital de Niamey au Niger. Méd Afr Noire, 2006; 53(11): 582-86.

. Dabon-Almirante CL,Surks MI.Clinical and laboratory diagnosis of thyrotoxicosis. Endocrinol Metab Clin North Am 1998 :25-35.

. Collège des Enseignant d’Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Hyperthyroïdie [En line] 2010-2011[consulté le 23/12/2013] ; 18p. Consultable à l’URL : httpvf.univ nantes.fr/endocrinologie/enseignement/ item248/ cours pdf

. Djrolo F & al. L’hyperthyroïdie: Aspect clinique et biologique .A propos de 18 cas. Med. Afr Noire 1993, 40 : 527-9.


Refbacks

  • There are currently no refbacks.


Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 License.

********************************************************************************************