Étiologies des Hyperprolactinémies au Niger

MA Mahamane Sani, SR Moumptala, D Moussa, S Brah, ML Maazou, B Malam- Abdou, M Daou, A Andia, A Ada, E Adehossi

Abstract


RÉSUMÉ
Introduction. L’hyperprolactinémie représente une sécrétion supra physiologique de la prolactine. C’est en pratique clinique le désordre hypophysaire antérieur le plus fréquemment rencontré. Toutefois, sa prévalence réelle est peu connue en Afrique. Le but de cette étude était d’identifier les principales étiologies des hyperprolactinemies au Niger. Méthodologie. Il s’agit d’une étude transversale descriptive ayant permis de colliger les patients venus en consultation dans le service de médecine interne ou a la clinique magori du 1erjanvier 2016 au 30 juin 2017(soit 18 mois) pour hyperprolactinemie. Etaient inclus les patients suivis ou dont le diagnostic de l hyperprolactinemie a été établi en consultation endocrinologique durant la période de’ étude. Résultats. Cette étude a permis d’enregistrer 38 cas d’hyperprolactinémie. Le sexe féminin représentait 81,57%( sex ratio H/F 0,18) et l’âge moyen était de 33,5 ans. La tranche d’âge 21-30 ans était la plus représentée avec 42,10%. Chez les femmes, l’aménorrhée-galactorrhée représentait 74% des tableaux cliniques et l’infertilité 41,93%. Chez les hommes, l’infertilité représentait 57,14% des présentations, les céphalées 42,85% et les troubles de l’érection 42,85%. La durée d’évolution des signes était comprise entre 0-24 mois chez 60,52% des patients. La prolactinémie moyenne était de 166,18 ng/ml. La TDM a été réalisée chez 31,6% des patients. Les principales étiologies étaient les médicaments (28,94%), les adénomes hypophysaires (21,05%) et les tumeurs ovariennes (13,15%). Parmi les médicaments, la cimétidine et la contraception à base d’œstrogène représentaient 10,52% des étiologies chacune. Tous nos patients ont été traités par agonistes dopaminergiques. La cabergoline a été prescrit chez 65,80% des patients. L’évolution a été favorable chez 89,47% des patients. Conclusion. l’hyperprolactinemie est une pathologie qui existe dans nos régions. La principale étiologie demeure les médicaments dont en tète la cimétidine et les oestrooprogestatifs.
ABSTRACT
Introduction. Hyperprolactinemia is a supra-physiologic secretion of prolactin.  In clinical practice, it is the most frequently encountered anterior pituitary disorder. Its prevalence is undefined in Africa. The purpose of this study was to identify the main etiologies of hyperprolactinemia in Niger. Methodology. This was a descriptive cross-sectional study that made it possible to collect the patients who came for consultation in the department of internal medicine or the Magori Clinic from January 1, 2016 to June 30, 2017 (18 months) for hyperprolactinemia. Patients followed or whose diagnosis of hyperprolactinemia was established during the study period were included. Results. We recorded 38 cases of hyperprolactinemia. The female sex represented 81.57% (sex ratio H / F 0.18) and an average age of 33.5 years. The 21-30 age group was the most represented with 42.10%. In women, amenorrhea-galactorrhea accounted for 74%, infertility 41.93%. In men, infertility accounted for 57.14%, headache 42.85% and erectile dysfunction 42.85%. The duration of the disease was between 0-24 months in 60.52% of patients. The average prolactin level was 166.18 ng / ml (extreme). CT was performed in 31.6% of patients. The main etiologies were drugs (28.94%), pituitary adenomas (21.05%), ovarian tumors (13.15%). Concerning drugs, cimetidine and estrogen-based contraception accounted for 10.52% each. All patients were treated with dopamine agonists. Cabergoline was prescribed in 65.80% of patients. The evolution was favorable for 89.47% of the patients. Conclusion. Hyperprolactinemia is a reality in Niger. Cimetidine and oestrooprogestatives are the most common etiologies.

Keywords


Mots clés : hyperprolactinemies ; étiologies ; Niger

Full Text:

PDF (Français)

References


Castinetti F, Brue T. Hyperprolactinemie. Traité d’endocrinologie. Médecine-Sciences Flammarion :938-942

Touraine P, Goffin V. Physiologie de la prolactine. EMC Endocrinologie-Nutrition 10-017-M-10

Dumazeau O. Traitements médical et chirurgical des hyperprolactinemies. Thèse en Pharmacie: Université de Limoge (France);2009 ; 215 p

Biller IBM et all. Guidelines for the treatement of hyperprolactinemia. The journal of reproductive medecine, vol 44, 1999: 1075-1084

Soto-Pedre E, et al. The epidemiology of hyperprolactineamia over 20 years in the Tayside region of Scotland: the prolactin epidemiology, audit and research study (Prolears). Clin Endocrinol 2017 ; 86 : 60-67.

Nguenan M. Pathologie Hypophysaire en Médecine Interne de Point G de Bamako. Thèse en médecine. Université de Mali. 2004 ; 135 p

Petit A, Piednoir D, Germain M-L, et all. Hyperprolactinémies d'origine médicamenteuse : étude cas/non-cas dans la banque nationale de pharmacovigilance. Thérapie, 58 2 (2003) : 159-163

Seck M. Hyperprolactinemie primaire. Thèse en médecine. Université Cheikh AntaDiop de Dakar (Dakar) ; 2003 ; 74 p

Essais O, Bouguerra R, Hamzaoui J, et al. Efficacy and safety of bromocriptine in the treatment of macroprolactinomas. An Endocrinol (Paris) 2002 ; 63 : 524-31

Azeroual M. Les aspects neurochirurgicaux des adénomes hypophysaires expérience du service de neurochirurgie du CHU Mohamed 6. Université de Cadi Ayyad (Marrakech). Thèse en médecine. 2012 ; 181p

N'guessan K.B ; Lokrou L A. Les hyperprolactinémies en Côte d'Ivoire : étude d'une série de 94 cas observés au CHU de Treichville disponible sur http://biblio.uvci.edu.ci/record/2297/consulté le 11/08/2017 à 20h38

.Nouedoui C, Moukouri E, Juimo A. G, et all Les adénomes à prolactine à Yaoundé : étude analytique de 36 cas consécutifs suivis dans le service de médecine interne de l'Hôpital de Yaoundé de 1990 à 1996. Clinique 2000, 82 :111-114

Mariko M, Sidibé A T. Hyperprolactinémie à l’hôpital du Mali. Annales d’endocrinologie 2O17, 78 ( 4 ) ; 316

Abram F, Linke F, Kalfon A, et all. Dysérection secondaire à une hyperprolactinémie. A propos de 13 cas, 1998, 8 : 537-541.

Echchikhi Y. les adénomes hypophysaires : aspect épidémiologique, classifications, traitement chirurgicale, et évolution a long terme (a propos de 452 cas). Thèse en médecine. Universite Mohammed V –Souissi. 2012 ; 182 p

Abid H. Les adénomes hypophysaires à prolactine (A propos de 30 cas). Thèse en médecine Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca (Casablanca). 2004, [1784].

Lecomte P. Hyperprolactinémie. Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique – Tome XX publié le 4.12.1996 :129-155


Refbacks

  • There are currently no refbacks.


Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 License.

********************************************************************************************